Programme des événements dans nos locaux

  • jeudi
    15
    juin
    2017

    Amour : l'épreuve du temps

    18:30dans nos locaux

    Conférence de Michel Bozon,
    Sociologue,
    Directeur de recherche à l'INED
    Directeur adjoint du GIS "Institut du genre", Paris

    Auteur de Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude, Payot, 2016, Michel Bozon aborde l’amour comme un ensemble de pratiques interpersonnelles, inscrites dans une temporalité.

    Ce sont les débuts que l’on considère souvent être le seul véritable amour. C’est une période de dépense de soi intense, et de circulation réciproque de propos, d’objets et de gestes. Cependant à un moment donné on n’a plus rien de nouveau à remettre à son partenaire. La relation doit alors se redéfinir radicalement ou cesser. N’y aurait-il plus d’amour lorsque la relation amoureuse se stabilise en relation conjugale ? Considérer que la vie commune équivaut systématiquement à de l’amour est une erreur. Mais déclarer comme le font les magazines que l’installation en couple et la routine tuent l’amour n’est pas plus juste.

    La stabilisation en couple consiste en la création d’une sphère commune, peuplée d’objets acquis en commun et sur l’élaboration d’habitudes communes. Les comportements du partenaire deviennent fortement prévisibles. La vie conjugale se caractérise par une succession de moments faibles et de moments forts. Il y a de longs moments de quant-à- soi ou de coopération conjugale relativement indifférents. Les moments forts sont plus rares, intermittents, en partie imprévisibles : ces manifestations affectives prennent la forme d’épisodes de compréhension enchantée, d’entente tacite ou de transmission de pensée fulgurante, de moments de retrouvailles, ou bien d’activités « en amoureux » qui reviennent à célébrer et à tenter de faire revivre de façon volontariste les débuts amoureux.

    Qu’en est-il de la sexualité «domestiquée» du couple? On pense souvent que celle-ci serait menacée par la répétition. Mais on peut souligner à l’inverse que la vie sexuelle conjugale constitue un cadre rassurant, elle fonctionne comme un rituel d’entretien du couple, relativement banal. C’est un temps créateur d’intimité partagée, qui permet aux partenaires de s’abstraire de leur environnement quotidien et conduit parfois à des échanges d’où la tension a été évacuée.